Fondation Beit Esther
Maison de la médiation

La Fondation Beit Esther soutient l’action sociale et de médiation à destination des populations en détresse à Jérusalem, adolescentes et adultes menée par l’institution Beit Esther depuis 2002.

La médiation à son origine est un outil proposé à la justice pour le traitement des conflits. Elle propose une technique de travail alternative pour gérer une crise, mettre fin à la défiance, à la rupture de paroles ou à la violence. Elle institue entre les deux membres en conflit un espace neutre et bienveillant. Elle est animée par un médiateur qui a pour tâche de faire émerger de la parole entre deux sujets dans un cadre d’écoute et de respect mutuel. Elle induit entre eux, sans jamais les imposer, des résolutions à leur conflit.

La médiation comme technique peut s’appliquer à toutes les ruptures du lien social (exclusion, abandon, violence, addiction….). C’est la tâche que Beit Esther s’est donnée. La médiation sociale est particulièrement efficace auprès de populations en détresse, en déliaison ou en dérives, adolescentes ou adultes. Beit Esther a choisi sur la base d’une longue expérience de lieux d’accueil, de communauté de vie et de groupes de paroles d’utiliser la médiation comme technique de traitement du lien social en souffrance.

Beit Esther intervient à quatre niveaux avec ses programmes d’interventions et d’actions sociales :

1. Pour adolescents en dérive à travers le programme Maguen Noar qui propose notamment :

  • Un lieu d’accueil au cœur de la ville au 6 King George depuis 1990 en collaboration avec la Mairie de Jérusalem, département de promotion de la jeunesse.
  • Un Centre de musique et de créativité, le Centre Messer interculturel des Arts et des Sports en collaboration avec la Mairie de Jérusalem depuis 1988 et installée dans le Jardin de l’Indépendance au cœur de Jérusalem
  • Un programme « Messer » de médiation sociale et interculturelle pour les jeunes par le sport, l’art et la danse en collaboration avec les municipalités de Jérusalem et d’Abu Gosh
  • Un programme Jérusalem Plurielle de médiation interculturelle pour les jeunes issus des quartiers juifs et arabes de Jérusalem en collaboration avec l’action sociale pour la jeunesse de la Mairie de Jérusalem

2. Pour adultes en difficulté à travers le programme Devarim qui propose notamment :

  • Un institut de conseils et de psychothérapies, l’institut Davar
  • Une Maison de la Parentalité supervisée par l’institut Davar qui propose des groupes de paroles à Jérusalem, Ashdod et Natanya
  • Un club pour les populations francophones en difficulté, le Club Esther, en collaboration avec le département d’intégration des nouveaux immigrants de la municipalité de Jérusalem
  • Un club thérapeutique, le Mohadon haham, co-géré par l’association Shequel, l’hôpital psychiatrique de Guivat Saul, le Musée d’histoire naturelle et le Ministère de la Santé.

3. Pour la formation des travailleurs du champ social à la médiation sociale à travers le programme Alternatives / Nativ aher qui propose notamment :

  • des formations d’animateurs spécialisés à Tel Aviv, Jérusalem et en Galilée
  • des formations d’éducateurs en cours d’emploi

4. pour la formation universitaire à travers le Collège Doctoral Paris – Jérusalem en partenariat avec le CNRS / CRFJ Centre Recherche français de Jérusalem, l’Université Ben Gourion, l’Université palestinienne El Quds et l’Université Paris Diderot (Paris 7) :

  • 4 doctorants ont soutenu leur thèse en 2013, 3 thèses sont prévues pour 2014
  • 12 doctorants (9 à Jérusalem et 3 à Paris) désirent s’inscrire sur les programmes du Collège doctoral pour l’année à venir
  • Des rencontres mensuelles sur le thème du « sujet et l’institution » à Jérusalem
  • Un collège des doctorants à Jérusalem réunit tous les étudiants inscrits dans les programmes d’études et de recherches du Collège doctoral.
  • Le Master de recherche Paris – J2rusalem à Jérusalem est constitué d’un diplôme délocalisé de l’Université Paris Diderot hébergé au CRFJ sur le thème « Psychanalyse et Médecine». Il a accueilli 8 participants, 3 palestiniens et 5 israéliens.
Plus d’informations sur www.beitesther.com

Donner en ligne à cette Fondation